Kazakhgate: la justice fait le tri et c’est salutaire

Armand De Decker. © Photo News.
Armand De Decker. © Photo News.

L’inculpation de l’ex-président du Sénat et ministre d’État Armand De Decker est un moment vertueux dans le scandale dit du Kazakhgate qui pèse sur le monde politique belge depuis près de 19 mois.

Sur le fond, l’homme politique belge, inculpé pour trafic d’influence et auto-éjecté désormais du MR, est présumé innocent. Et on sait que ce n’est pas une figure rhétorique, au vu des non-lieux obtenus dans d’autres dossiers par MM. Donfut ou Van Cauwenberghe, après des mois de mise en cause publique.

Mais aujourd’hui, la justice permet de tracer une ligne de démarcation entre ce qui est nourri par des indices sérieux et ce qui ne l’est pas. Et c’est extrêmement salutaire dans une démocratie qui doit être au clair sur ses dysfonctionnements, pour pouvoir préserver sa force et son intégrité.

Vous désirez lire la suite de cet article ?
1€ pour 1 mois (sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct