Bozar Occupied: le jazz est aussi une musique de revendication

Le septet qui va ré-interpréter «
We insist
!
» de Max Roach. Teun Verbruggen porte une chemise à carreaux, Nicolas Thys est derrière lui à gauche.
Le septet qui va ré-interpréter « We insist ! » de Max Roach. Teun Verbruggen porte une chemise à carreaux, Nicolas Thys est derrière lui à gauche. - © Lennert Baerts

Le 28 mai 1968, les artistes sont entrés au Palais des Beaux-Arts, qui ne s’appelait pas encore Bozar. Ils en ont occupé le hall central jusqu’au 10 juin. Comme les étudiants de l’ULB occupaient leur université. L’artiste Roger Somville y a réalisé de grandes banderoles exprimant la révolte. L’un de ses slogans était : «  Les artistes soutiennent les justes revendications des étudiants.  » Marcel Broodthaers a été l’une des figures clés de cette occupation. Dans un poème du 28 mai, il écrit : «  On allait boire. Ensuite, on rentrait à la maison (Palais des Beaux-Arts).  »

Vous désirez lire la suite de cet article ?
1€ pour 1 mois (sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct