C’est quoi un «dossier terro»?

Les tribunaux de Bruxelles, Liège, Bruges, Malines, Anvers et Termonde ont examiné vingt dossiers « terro » au cours des six derniers mois. La quasi-totalité en première instance. Au total, 42 prévenus ont été jugés (condamnés ou relaxés) pour avoir mené des activités à caractère terroriste. Ce qui ne signifie pour autant pas que toutes ces personnes sont des combattants de l’État islamique, ni même qu’elles se sont rendues en Syrie. Le caractère terroriste d’un dossier peut en effet s’expliquer, se justifier, à travers divers éléments factuels ou contextuels.

Contraint de s’adapter à un phénomène en mutation, le législateur n’a cessé, ces dernières années, d’allonger la liste des infractions terroristes inscrites dans le code pénal afin de lutter plus efficacement contre les filières de recrutement, la propagande et les attentats.

Vous désirez lire la suite de cet article ?
1€ pour 1 mois (sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct