Une «première» du terrorisme d’inspiration tchétchène

L’attaque sanglante de Paris est le premier acte terroriste attribué à un assaillant d’origine tchétchène. Cette « première » déjoue les statistiques qui établissent que 8 % des jeunes radicalisés répertoriés en France sont d’origine tchétchène, la plupart nés en Tchétchénie et arrivés en France comme réfugiés à l’issue des deux guerres menées depuis 1994 dans cette république caucasienne dirigée par Ramzan Kadyrov, un fidèle de Vladimir Poutine qui la gouverne d’une main de fer.

Vous désirez lire la suite de cet article ?
1€ pour 1 mois (sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct