Adjani à Cannes: «Non, je ne suis pas trop âgée, non il n’est pas trop tard»

Pas de boycott des photographes comme en 1983. Amincie, sans 
la pression de la compétition puisque son film passe à La Quinzaine des réalisateurs, Isabelle Adjani est impériale sur le tapis rouge.
Pas de boycott des photographes comme en 1983. Amincie, sans la pression de la compétition puisque son film passe à La Quinzaine des réalisateurs, Isabelle Adjani est impériale sur le tapis rouge. - photonews

Depuis Cannes

Adjani les yeux dans les yeux. C’est impressionnant, fascinant, quasi irréel, avec ce sentiment d’abîme intérieur mystérieux qui voile parfois le regard. Reine Margot, Camille Claudel, Adèle H., Emily Brontë mais aussi Ondine, Mademoiselle Julie, Marie Stuart… les personnages défilent… Fiction, incarnation. Petit pull bleu marine. Légende rebelle. Mais elle est bien là, toute de noir vêtue, amincie, souriante, d’une gentillesse inattendue de la part d’une star dont on a entendu à peu près tout. La veille, on l’a découverte haute en couleurs en mère diva, criminelle, irresponsable dans Le monde est pour toi, comédie génialement barge de Romain Gavras. Rencontre sans la pression de la compétition puisque le film de Gavras est présenté à la Quinzaine. On rêve de la revoir.

Vous désirez lire la suite ?
7,5€/mois pendant 6 mois
(sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct