Attaque au chlore en Syrie: les présomptions sont fortes contre le régime Assad

En octobre, une mission conjointe de l’OIAC et de l’ONU a découvert que l’armée de l’air syrienne était à l’origine d’une attaque au gaz sarin qui avait fait des dizaines de morts à Khan Sheikhun en 2017.
En octobre, une mission conjointe de l’OIAC et de l’ONU a découvert que l’armée de l’air syrienne était à l’origine d’une attaque au gaz sarin qui avait fait des dizaines de morts à Khan Sheikhun en 2017. - Reuters

L’Organisation pour l’interdiction des armes chimiques (OIAC) a confirmé mercredi que du chlore avait vraisemblablement été utilisé lors d’une attaque qui avait intoxiqué onze civils dans une ville syrienne en février.

Alors que le monde attend les résultats d’une autre enquête, celle sur l’attaque présumée de gaz toxiques à Douma, les enquêteurs de l’OIAC ont pu établir que du chlore a été libéré de cylindres par impact mécanique dans le quartier d’Al Talil, à Saraqeb, ville du nord-ouest du pays. Et utilisé comme arme chimique.

Vous désirez lire la suite ?
7,5€/mois pendant 6 mois
(sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct