Stéphane Brizé: «J’ai fait ce film pour légitimer la colère des salariés»

Stéphane Brizé: «J’ai fait ce film pour légitimer la colère des salariés»

Dans La loi du marché, le personnage disait : «  On ne fait pas n’importe quoi avec les gens. » C’était en 2015. La question a évolué. Dans le film, le personnage dit «  Et les gens, on en fait quoi ?  » Le monde se durcit, demandant toujours plus pour donner moins. En cause, la mondialisation, le profit.

Stéphane Brizé repart au combat avec, comme fer de lance de son propos et alter ego, Vincent Lindon qu’il plonge au cœur d’une lutte ouvrière et syndicale pour un choc entre le capital et le travail. Brizé a des idées précises sur le sujet, c’est pourquoi il a fait En guerre mais sans être manichéen car chacun a ses raisons et sa hiérarchie.

Il nous avait donné rendez-vous à Paris le 1er mai, jour de la fête du Travail !

Vous désirez lire la suite de cet article ?
1€ pour 1 mois (sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct

    Aussi en Cinéma