Bruxelles peut en faire plus contre la pollution

Edition numérique des abonnés

Dire que la sortie du ministre de la Mobilité Pascal Smet autour de la mobilité durable dans la capitale (Le Soir du 22/05) a réjoui tout le monde au sein du gouvernement bruxellois serait quelque peu forcer le trait. En se prononçant, ainsi que la secrétaire d’Etat Bianca Debaedts (CD&V) pour une accélération du calendrier de mise en œuvre de la zone basses émissions et pour une généralisation des mesures de qualité de l’air, le ministre SP.A a allègrement piétiné les plates-bandes de sa collègue chargée de l’Environnement Céline Fremault (CDH) en charge de ces matières. Celle-ci est déjà mise sous pression par des plaintes en justice et par l’émergence de collectifs de particuliers, notamment dans des écoles bruxelloises, réclamant plus de transparence dans les mesures de pollution de même que des actions plus sévères pour en combattre les causes.

Vous désirez lire la suite de cet article ?
1€ pour 1 mois (sans engagement)
J'en profite
A la une
Tous

En direct

Le direct