L’UE adopte, à contrecœur, un paquet bancaire aux relents franco-allemands

Berlin voulait dispenser ses banques publiques des nouvelles exigences, requête acceptée par la France.
Berlin voulait dispenser ses banques publiques des nouvelles exigences, requête acceptée par la France. - Reuters.

C’est un premier accord important qui donnera peut-être le « la » pour toutes les décisions qui devront encore être prises pour renforcer la zone euro : les ministres européens des Finances ont accordé leurs violons sur un nouveau paquet législatif visant à réduire les risques dans le secteur bancaire. S’il traduit dans le droit européen des accords internationaux, sa particularité est qu’il porte la marque franco-allemande.

« Le compromis franco-allemand a été repris à la lettre. Cela prouve que le couple fonctionne », nous a dit une source proche des discussions. Un bon coup de comm pour Paris et Berlin, qui peinent à accoucher d’une vision commune, sous forme de feuille de route, sur l’avenir de la zone euro. « C’est très concret, une feuille de route », a déclaré, sur la défensive, le ministre français des Finances, Bruno Le Maire.

Vous désirez lire la suite ?
7,5€/mois pendant 6 mois
(sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct