Des policiers témoignent: «Depuis le début des attentats, le job a un peu changé mais la population également»

Le drame qui a touché les policiers de Liège touche tous leurs collègues du pays, où qu’ils se trouvent.
Le drame qui a touché les policiers de Liège touche tous leurs collègues du pays, où qu’ils se trouvent. - Photo News.

Mardi matin, c’est par le dispatching que Nicolas (prénom d’emprunt), agent à la direction trafic de la police de Bruxelles-Capitale-Ixelles, a appris, comme d’ailleurs l’ensemble de ses collègues, qu’il se passait quelque chose à Liège. Les précisions tomberont progressivement au fil des heures, précédées de la consigne, lourde de sens, de redoubler de vigilance. « Mais c’est le soir seulement que je prendrai conscience de ce qui s’est passé, que je lirai des détails sur les victimes, sur les familles… », indique-t-il. Une famille, Nicolas en a une aussi, forcément. Ce qui le lie étroitement, lui comme ses collègues, au drame liégeois mais ne l’y aliène pas avec ce que cela sous-entendrait de peur, d’anxiété : « On est aussi des êtres humains, on a aussi des enfants. Mais quelque part on est conscient du danger, des risques du métier. On sait que le risque zéro n’existe pas. »

Vous désirez lire la suite de cet article ?
1€ pour 1 mois (sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct