F(s) pourfend le sexisme dans la culture belge

Près de 200 femmes se sont tenues sur les marches du théâtre en brandissant les chiffres éloquents du peu de place accordée aux femmes dans les métiers de la culture.
Près de 200 femmes se sont tenues sur les marches du théâtre en brandissant les chiffres éloquents du peu de place accordée aux femmes dans les métiers de la culture. - Bruno Dalimonte.

Elles se font appeler « F(s) » (à ne pas prononcer « fesses » au risque de les agacer mais simplement « èffe »). « F » pour Femme avec un petit « s » muet entre parenthèses pour souligner justement le manque de pluriel de ces femmes aux postes de responsabilité dans le milieu culturel belge. On pourrait croire à un rejeton des Femen ou encore à une réplique locale des 82 stars féminines qui montaient les marches du Festival de Cannes en mai dernier. Sauf que ce mouvement-ci n’a rien du déballage corporel effronté ou du « one-shot » glamour, mais illustre une vague de fond, une sourde colère qui enfle depuis des mois.

Vous désirez lire la suite de cet article ?
1€ pour 1 mois (sans engagement)
J'en profite
A la une
Tous

En direct

Le direct