Affaire Mawda: de l’ADN pour retrouver un passeur

L’identification du chauffeur est cruciale pour les volets traite des êtres humains et entrave à la circulation de l’enquête.
L’identification du chauffeur est cruciale pour les volets traite des êtres humains et entrave à la circulation de l’enquête. - AVPRESS

Dans l’affaire de la mort de la petite Mawda, âgée de deux ans, l’enquête se poursuit pour comprendre dans quelles circonstances le tir qui a tué la fillette a été effectué. Mais un deuxième volet intéresse les enquêteurs : la police cherche à mettre la main sur le ou les passeurs qui convoyaient une trentaine de personnes dans la camionnette.

Parmi tous ceux qui se trouvaient dans le véhicule, l’omerta est de mise. Le conducteur, qui s’est probablement glissé parmi les migrants quand la camionnette a été immobilisée, n’a pour l’heure pas été identifié. Mais les forces de l’ordre ne sont pas pour autant démunies.

Vous désirez lire la suite ?
1€ le 1er mois
(sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct