Sécurité: la police sur le qui-vive

Les émeutes qui ont secoué Bruxelles après la qualification du Maroc rappellent que les risques pour la sécurité sont multiples.
Les émeutes qui ont secoué Bruxelles après la qualification du Maroc rappellent que les risques pour la sécurité sont multiples. - Photonews

C’est devenu une triste habitude : à l’approche de chaque Euro ou Mondial de football, la première préoccupation des autorités est d’organiser la sécurité avant de penser à la fête. 2018 n’échappe pas à la règle.

Le dernier Euro de football, qui s’est tenu en France en 2016, a eu lieu dans un climat de menace terroriste très prégnant : l’Ocam, l’organisme chargé de l’évaluer, la situait à une échelle de 3 sur 4. La menace était alors « grave et vraisemblable ». Plusieurs individus avaient été arrêtés, suspectés de vouloir commettre des attentats au cœur des « fans zones ». Ces soupçons n’ont finalement pas été confirmés par les enquêtes. Toutefois, les écrans géants n’avaient pas été bannis.

Vous désirez lire la suite de cet article ?
1€ pour 1 mois (sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct