lesoirimmo

L’hostilité commune à l’Iran réunit l’Arabie, les Emirats, les USA et Israël

Donald Trump à Riyad pour son premier voyage, en mai 2017, ici avec l’Egyptien Sissi et le roi Salmane : comme l’impression de vouloir diriger le monde...
Donald Trump à Riyad pour son premier voyage, en mai 2017, ici avec l’Egyptien Sissi et le roi Salmane : comme l’impression de vouloir diriger le monde... - ABACAPRESS.COM/Reporters.

C’est une histoire sordide. Des intrigues, comme un complot. A l’échelle de toute une région, la région la plus stratégique de la planète. Une illustration de l’adage le plus cynique et immoral en (géo)politique, « l’ennemi de mon ennemi est mon ami ». A la base, une obsession partagée. Qui porte le nom d’un pays : la république islamique d’Iran. Laquelle suscite une commune anxiété, disons même une peur existentielle, en Israël et dans le Golfe – surtout en Arabie saoudite, aux Emirats arabes unis et au Bahreïn. Le complot ? Faire cause commune contre l’Iran des ayatollahs et rallier les Etats-Unis dans le projet. Jusqu’ici, la conjuration fonctionne. Des embûches subsistent sur son chemin mais les conspirateurs restent confiants. Et, jusqu’à preuve du contraire, ils ont raison.

Vous désirez lire la suite ?
1€ le 1er mois
(sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct