L’Europe, empire éclaté de la migration

Béatrice Delvaux, éditorialiste en chef.
Béatrice Delvaux, éditorialiste en chef. - Dominique Rodenbach

« Nous devons d’abord prendre en charge notre peuple, et pas toujours mettre le focus sur l’Europe tout entière.  » Cette phrase n’est pas signée d’un dirigeant hongrois ou polonais, autrichien, ou italien, d’un de ces gouvernants désormais au pouvoir dans certains pays européens et qui ont fait du nationalisme et du « stop » migratoire leur axe politique. Non, cette déclaration émane du ministre président de la Bavière, Markus Söder, et elle en dit beaucoup sur l’état de l’Union Européenne aujourd’hui alors, qu’un bras de fer oppose la chancelière Merkel à son ministre de l’Intérieur sur la politique migratoire allemande.

Vous désirez lire la suite ?
1€ le 1er mois
(sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct