Guillermo Guiz chronique le Mondial : «Le match qui tue»

Guilermo Guiz.
Guilermo Guiz. - Dominique Duchesnes

Il y a toujours ce match. Celui que personne n’attendait, ce match que tout le monde a snobé. Mais il y a toujours ce match. Un match incroyable, je te jure, t’as vu ce match ? Ca passait d’un rectangle à l’autre, onze goals, trois cartes rouges, l’arbitre qui se blesse, quatre streakers à poil, une demande en mariage, deux bicyclettes dont une par un soigneur, polémique de malade (à cause du soigneur), l’arbitre qui se retape, jamais y’a pénalty, franchement, y’a jamais pénalty, pas quand tu tackles ton propre entraîneur, sérieux, qui aurait cru que Moldavie-Vietnam allait être LE match de la Coupe du monde ?

Vous désirez lire la suite de cet article ?
1€ pour 1 mois (sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct

    Aussi en Coupe du monde