Le scénario idéal pour Alonso aux 24H du Mans

@AFP
@AFP

Vingt-sept ans après Mazda, le premier constructeur nippon est enfin parvenu à s’imposer dans la Sarthe. Que retiendra-t-on du doublé des TS050 Hybrid ? Qu’elles ont écrasé une concurrence bien mièvre (le 3e équipage termine à 12 tours des vainqueurs) ou qu’un double champion du monde de Formule 1 s’est imposé dès sa première participation à la plus célèbre course d’endurance grâce à deux équipiers – Sébastien Buemi et Kazuki Nakajima – tout aussi solides ?

Les 24 Heures ont longtemps filé le parfait amour avec Audi. Puis Porsche, en reconquête du jardin manceau, a ravivé la flamme de la légende. Du côté du double tour d’horloge, on considérait avec une certaine condescendance la présence de Toyota. De gentils « losers », des naïfs en quête de reconnaissance. Mais voilà que les Allemands ont été priés, par les têtes pensantes de leur directoire, de rester chez eux pour plancher, à différents niveaux, sur la voiture électrique, ce mirage qui polluerait moins que les moteurs thermiques.

Vous désirez lire la suite ?
1€ le 1er mois
(sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct