«Une prière avant l’aube»: un film physique, étouffant, dur, radical

«Une prière avant l’aube»: un film physique, étouffant, dur, radical

Une prière avant l’aube (Jean-Stéphane Sauvaire)

Ce film crée son propre genre, entre documentaire et fiction. Un film qui se ressent plus qu’il ne se regarde. Un film physique, étouffant, dur, où la violence finit par mener à la lumière de la rédemption. Un film radical, une véritable expérience cinématographique à prendre comme telle dans la jugulaire ou à laisser, bien éloigné du danger. Sans demi-mesure.

Gueule d’ange (Vanessa Filho)

Vous désirez lire la suite de cet article ?
1€ pour 1 mois (sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct