Schengen sous surveillance renforcée

© AFP
© AFP

Lorsqu’un conseil de ministres européens s’achève sans donner lieu à la publication de « conclusions », deux cas de figure l’expliquent : soit les ministres n’ont pas réussi à se mettre d’accord ni même à s’entendre pour désigner leurs différends ; soit la présidence aura jugé que le sujet est tellement sensible, qu’il vaut mieux ne rien consigner par écrit. C’est plutôt ce deuxième scénario qui semble s’appliquer à la dernière partie du Conseil Justice et Affaires intérieures qui s’est tenu ces jeudi et vendredi, et dont le sujet principal avait été l’intégrité de l’espace Schengen de libre circulation.

Vous désirez lire la suite de cet article ?
1€ pour 1 mois (sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct