Défense: comment l’Europe tente de répondre aux besoins de l’Otan

Le secrétaire général de l’Otan Jens Stoltenberg a signifié à l’UE les «
besoins militaires
» en termes d’infrastructures sur le Vieux continent.
Le secrétaire général de l’Otan Jens Stoltenberg a signifié à l’UE les « besoins militaires » en termes d’infrastructures sur le Vieux continent. - Dominique Duchesnes

Les routes et les ponts européens sont-ils adaptés au passage de chars américains pesant de 40 à 50 tonnes ? Nos ports maritimes ont-ils une profondeur de 12 mètres minimum ? Peut-on assurer le transbordement de 150 conteneurs par jour aux points de jonction rail-route ? Nos tunnels peuvent-ils laisser passer des transports de 4,5 mètres de haut ?

Le secrétaire général de l’Otan Jens Stoltenberg a adressé, fin avril, un courrier aux leaders des institutions européennes : le président de la Commission Juncker, le président du Conseil européen Tusk et la Haute représentante pour les Affaires étrangères Mogherini. Il s’agissait de signifier à l’UE les « besoins militaires » en terme d’infrastructures, tels que définis par le Shape, le QG des forces alliées en Europe basé à Mons.

Vous désirez lire la suite ?
1€ le 1er mois
(sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct