Donald Trump a juré la perte de l’Europe

Donald Trump présente le document par lequel il impose des taxes supplémentaires sur l’importation d’acier et d’aluminium européens, le 8 mars dernier à la Maison-Blanche
: la guerre commerciale est déclarée.
Donald Trump présente le document par lequel il impose des taxes supplémentaires sur l’importation d’acier et d’aluminium européens, le 8 mars dernier à la Maison-Blanche : la guerre commerciale est déclarée. - Reuters.

Depuis New York,

Le ver dans le fruit ? Le loup dans la bergerie ? Les métaphores ne manquent pas pour qualifier l’action subversive de l’agitateur sorti du chapeau de Donald Trump, en la personne de Rick Grenell, ambassadeur des Etats-Unis en Allemagne. Depuis sa nomination début mai, Grenell se permet de juger ouvertement la situation politique intérieure des Etats-membres de l’Union européenne, appelant de ses vœux l’émergence de mouvements «  conservateurs  », qui sont en fait les régimes national-populistes - qui ont le vent en poupe en Hongrie, Autriche, Italie et Pologne - et les forces centrifuges d’extrême droite, europhobes, qui s’agitent ailleurs en coulisses.

Vous désirez lire la suite ?
1€ le 1er mois
(sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct