Diables rouges: des phases à arrêter

Thibaut Courtois et sa défense doivent se méfier des phases arrêtées anglaises.
Thibaut Courtois et sa défense doivent se méfier des phases arrêtées anglaises. - Photonews

Le petit et tranquille sentier champêtre russe qu’a emprunté la Belgique en ce début de Coupe du monde l’a (enfin) menée au pied de sa toute première grande ascension, un mont anglais au galbe majestueux qui fait honneur aux impressionnantes dunes de sable de Kaliningrad, lieu d’accueil de ce choc du groupe G.

La prise de pouvoir annoncée des « coiffeurs » dans ce qui ressemble à un amical déguisé visant à donner du temps de jeu à tout le monde et à renforcer la dynamique de groupe devrait quelque peu ombrager les enseignements de cette rencontre, alors que les deux sélectionneurs ont déjà affirmé se projeter vers les huitièmes de finale. Une anticipation logique, légitime, qui renforce le jeu des spéculations : faut-il se démener sur la pelouse et terminer en tête de la poule ou sombrer dans l’apathie générale afin de s’emparer de la deuxième place synonyme de route dégagée vers les demi-finales ?

Vous désirez lire la suite ?
1€ le 1er mois
(sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct

    À la Une du Soir+