Russie: les droits de l’homme rattrapent le Kremlin en plein Mondial

Manifestation de Reporters sans Frontière à Berlin, à l’occasion du coup d’envoi du Mondial de football en Russie
: derrière la fête du ballon rond, les atteintes aux droits de l’Homme se poursuivent.
Manifestation de Reporters sans Frontière à Berlin, à l’occasion du coup d’envoi du Mondial de football en Russie : derrière la fête du ballon rond, les atteintes aux droits de l’Homme se poursuivent. - DPA.

Depuis Moscou,

Loin du Mondial, plusieurs cas de droits de l’homme jettent une ombre sur la belle fête du football orchestrée par le Kremlin de Vladimir Poutine. Aux supporters et téléspectateurs, Moscou et les dix autres villes hôtes montrent une Russie enthousiaste, belle et accueillante. « Mais l’autre Russie de Vladimir Poutine, celle de la répression, continue d’exister… Pendant la Coupe du monde et surtout après cette vague d’euphorie, les autorités vont se croire tout permis », prévient Tanya Lokshina, directrice du bureau moscovite de Human Rights Watch. Dès avant la cérémonie d’ouverture, l’ONG avait déploré que le Mondial ait lieu « durant la pire crise des droits de l’homme en Russie depuis l’époque soviétique ».

Vous désirez lire la suite de cet article ?
1€ pour 1 mois (sans engagement)
J'en profite
A la une
Tous

En direct

Le direct