Un prix au carbone émis est nécessaire, possible et urgent!

Un prix au carbone émis est nécessaire, possible et urgent!
© AFP.

Moins d’un an avant les élections, nous disposons d’une étude claire au sujet de l’introduction d’un prix au carbone dans notre pays. Le « Carbon pricing » est un mécanisme qui fixe un prix sur les émissions de CO2 dans des secteurs tels que le bâtiment et les transports. Le département du changement climatique du gouvernement belge a élaboré ce document après un an et demi de travail à ce sujet. Leurs consultations approfondies avec les entreprises et les organisations de la société civile montrent qu’il existe un consensus sur l’importance de cet outil. Toutefois, sa mise en œuvre devrait avoir lieu au cours de la présente législature.

Dans la lutte contre le changement climatique, une action urgente est nécessaire au niveau belge. Pour y parvenir, il faut une combinaison intelligente de mesures. Si elle est bien conçue, une mesure qui fixe un prix pour le CO2 est l’une des décisions les plus importantes que notre pays puisse prendre à court terme. Pour la grande industrie un prix pour carbone existe déjà via le système d’échange de droits d’émission (ETS). Mais 63 % de nos émissions totales ne sont pas couvertes par ce système. Il n’est pas surprenant que les émissions de CO2 de la grande industrie aient déjà considérablement diminué ces dernières années, tandis que celles des autres secteurs ont continué à augmenter.

Nécessaire, possible et urgent !

Nécessaire. Parce que c’est l’une des actions les plus cruciales qui puissent contribuer à réaliser un passage à une société à faible teneur en carbone. C’est une mesure politique efficace qui modifie le comportement des entreprises et des citoyens, qui rend les nouveaux investissements plus rentables et qui stimule l’innovation.

Possible. Beaucoup d’entreprises les plus avant-gardistes travaillent déjà avec un mécanisme interne de « carbon pricing ». Le lauréat du prix Nobel Joseph Stiglitz et l’économiste Nicholas Stern en ont calculé la faisabilité dans un rapport détaillé. Un prix de 80 à 100 euros par tonne de CO2 est proposé pour 2030. De nombreux pays autour de nous travaillent déjà avec un tel système de prix. Dans certains pays scandinaves, il existe depuis près de 30 ans. La France fait actuellement la même chose. Nous devons maintenant avoir le courage de faire de même dans notre pays.

Dans le développement d’un système de tarification du CO2, une bonne conception du mécanisme est cruciale. Une taxe sur le CO2 doit être considérée comme un « transfert fiscal » et non comme un « relèvement fiscal ». Les fonds générés par un tarif CO2 doivent être réinvestis dans une combinaison d’aide à l’investissement à la transition énergétique, de réduction des coûts salariaux et de mesures compensatoires efficaces pour les ménages à faible revenus. Il doit s’agir d’une taxe visible et prévisible qui augmente progressivement sur une période de 10 ans afin que tous les acteurs aient la possibilité de s’y adapter. Et ce doit être une mesure politique qui s’inscrit dans une vision globale et à laquelle tous les niveaux de gouvernement de notre pays travaillent ensemble.

Urgent. La Belgique n’est actuellement pas sur la voie pour atteindre confortablement les objectifs climatiques européens et internationaux. Chaque jour, de nombreux citoyens et entreprises font des choix importants lorsqu’il s’agit d’investissements, de rénovations de bâtiments et de logements ou au sujet de leur mobilité. Ces décisions affecteront nos émissions de CO2 parfois pour les décennies à venir. Il y a un besoin urgent d’une vision claire autour d’un prix du carbone afin que les citoyens et les entreprises puissent faire les bons choix dans leur comportement d’investissement.

En tant que citoyen et entrepreneur j’appelle les ministres fédéraux et régionaux compétents à créer le plus rapidement possible un cadre autour du prix du CO2 afin d’aboutir à une politique concrète. Vous avez encore un an avant les prochaines élections pour le réaliser. Le travail préparatoire est là. Maintenant, une dose de courage politique est demandée

Cet article réservé aux abonnés
est en accès libre sur Le Soir+
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct

     

    Cet article réservé aux abonnés est exceptionnellement en accès libre

    Abonnez-vous maintenant et accédez à l'ensemble des contenus numériques du Soir : les articles exclusifs, les dossiers, les archives, le journal numérique...

    7,5€/mois
    pendant 6 mois
    J'en profite
    Déjà abonné?Je me connecte
    Aussi en Cartes blanches
    • belgaimage-165881077-full-1

      Carte blanche «Commission Congo : un acte manqué»

    • RTS34JT4

      Carte blanche «L’eau, il faut republiciser l’État»

    • Image=d-20161209-GCN5C7_high[1]

      Carte blanche «Déconfinons nos musées!»