Point final pour «24h01», pas pour le journalisme long format

De gauche à droite : Michel de Backer, directeur artistique ; Roger Job, directeur photo ; Catherine Joie, rédactrice en chef ; Viviane de Laveleye, rédactrice en chef adjointe).
De gauche à droite : Michel de Backer, directeur artistique ; Roger Job, directeur photo ; Catherine Joie, rédactrice en chef ; Viviane de Laveleye, rédactrice en chef adjointe). - 24h01

Toutes les histoires ont une fin. Même les plus belles. Celle de 24h01 (prononcez « vingt-quatre heures une ») n’y échappera pas. Né il y a 5 ans aux antipodes du Web, le premier « mook » belge, objet narratif graphique hybride entre magazine et livre, a décidé de mettre un point final à son aventure. Le dernier numéro de la revue, qui a fait du « grand reportage » sa marque de fabrique, sera encore en vente sur le site (24h01.be) et les librairies. Plutôt les bonnes. Soit celles où luttent encore vaillamment les nouveaux chantres de ce « slow journalism » (XXI, Médor, Wilfried, Appren-tissages, Feuilleton, Schnock, 6Mois, Long Cours, 180º, WeDemain, Happinez…) dans des piles à l’équilibre économique précaire. Traits d’union entre tous ces titres : un journalisme qualitatif résolument ancré dans le narratif, le reportage, l’enquête, le temps long… Et une préoccupation obsédante : la quête du graal économique.

Vous désirez lire la suite de cet article ?
1€ pour 1 mois (sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct