Ne pas vendre la peau de l’ours avant de l’avoir tué en Slovénie et mangé en Belgique

© PHOTOPQR/LE REPUBLICAIN LORRAIN/MAXPPP.
© PHOTOPQR/LE REPUBLICAIN LORRAIN/MAXPPP.

En ardent défenseur de la cuisine de « territoire » – comprendre terroir, la fierté de la culture et des traditions en plus –, Christophe Hardiquest invite ce mercredi dans son restaurant bruxellois doublement étoilé la Slovène Ana Gros, sacrée « meilleure femme chef du monde » en 2017. Interrogés par François Heureux sur la Première, les deux chefs ont dévoilé ce mardi le menu à quatre mains qu’ils vont servir aux clients de chez Bon-Bon : de la tête de veau et du maquereau pour Christophe Hardiquest, des tripes, de la ricotta fermentée et de l’ours braisé pour Ana Gros.

Vous désirez lire la suite ?
7,5€/mois pendant 6 mois
(sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct