Dépénalisation de l’avortement: «Une avancée libérale pour les femmes», pour Olivier Chastel

Edition numérique des abonnés

L’accord de majorité intervenu afin de dépénaliser l’interruption volontaire de grossesse (IVG) est «  historique parce que l’avortement reste un droit fragile qui nécessite une vigilance constante  », a estimé mercredi le président du MR, Olivier Chastel.

«  L’avortement était bien autorisé depuis la loi de 1990 mais l’IVG figurait pourtant toujours dans le code pénal, ce qui était insécurisant pour les femmes et les médecins. Aujourd’hui, c’est une revendication portée depuis très longtemps par les mouvements féministes et la société civile qui est en effet entendue  », a poursuivi le leader des libéraux francophones.

Vous désirez lire la suite de cet article ?
1€ pour 1 mois (sans engagement)
J'en profite
A la une
Tous

En direct

Le direct