Il y a 50 ans, le «Walen buiten» scellait le sort de l’UCL

© D.R.
© D.R.

Le 14 janvier 1968, la tension est subitement montée de plusieurs crans. Le conseil académique francophone de l’Université catholique de Louvain a confirmé son intention de rester en Flandre, tout en investissant dans de nouvelles implantations du côté francophone du pays. En réaction, des étudiants et des professeurs flamands ont défilé dès le lendemain dans les rues de Louvain aux cris de « Walen buiten ». Cette énième poussée de fièvre sera fatale. Commencées le 15 janvier, des manifestations secouent Louvain jour après jour.

Le 7 février 1968, le gouvernement Vanden Boeynants-De Clercq tombe sur Louvain. Le début du « divorce belge ». Le 31 mars 1968, des élections législatives consacrent le retour au pouvoir de Gaston Eyskens qui dirige un gouvernement composé de socialistes et de sociaux-chrétiens. Celui-ci ouvre la voie au fédéralisme belge, annonçant la fin de l’État unitaire.

Vous désirez lire la suite de cet article ?
1€ pour 1 mois (sans engagement)
J'en profite
A la une
Tous

En direct

Le direct