lesoirimmo

Des doutes sur la résistance du bunker de Tihange 3

C’est en grattant le béton du plafond d’un bunker à Tihange qu’Electrabel est tombé sur un vice de construction.
C’est en grattant le béton du plafond d’un bunker à Tihange qu’Electrabel est tombé sur un vice de construction. - Bruno Dalimonte.

Nos centrales nucléaires sont pleines de surprise. C’est aujourd’hui au tour de Tihange 3 de faire sensation. Le réacteur hutois est à l’arrêt depuis le mois d’avril. Au départ pour un simple entretien. Qui a tourné au vinaigre. Electrabel, l’exploitant du parc nucléaire belge, vient de découvrir une « anomalie » historique dans l’un des bâtiments du réacteur. Il n’a guère fallu de temps pour que l’Agence de contrôle nucléaire (AFCN) s’en mêle. Et le verdict du gendarme nucléaire est sévère : il estime que « la résistance (du bâtiment en question) face à un événement tel qu’une chute d’avion est compromise ». Et que le réacteur doit donc rester « à l’arrêt tant que l’impact de ces anomalies n’a pas été analysé ». Ce qui pourrait prendre du temps… Explications.

Vous désirez lire la suite ?
1€ le 1er mois
(sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct