lesoirimmo

Les vidéos des quotidiens belges ne seront pas contrôlées par le CSA

Les activités vidéo ne pouvant être dissociées de l’activité rédactionnelle des éditeurs, les onglets et les chaînes vidéos ne sont pas considérés comme des services de médias audiovisuels.
Les activités vidéo ne pouvant être dissociées de l’activité rédactionnelle des éditeurs, les onglets et les chaînes vidéos ne sont pas considérés comme des services de médias audiovisuels. - D.R.

Le 22 février dernier, le Conseil supérieur de l’audiovisuel (CSA) avait notifié aux sociétés des principaux quotidiens francophones le grief de ne pas lui avoir déclaré ce qu’il considère comme des services de médias audiovisuels, à savoir leurs vidéos. L’instance décisionnelle du CSA avait alors invité Rossel, SudPresse, IPM et les Editions de l’Avenir à présenter leurs arguments. Des auditions ont été organisées le 3 mai dernier.

Sont visés plus particulièrement les chaînes Dailymotion du Soir, de L’Avenir, de SudPresse, de La Libre et de La Dernière Heure, ainsi que les onglets vidéo des sites internet de La Libre et de La Dernière Heure. Le régulateur est chargé de contrôler les médias audiovisuels (et non la presse) mais considère les contenus vidéos des quotidiens comme tels. Le CSA attendait donc des explications, n’ayant pas reçu en septembre 2017 le formulaire que doivent remplir les médias audiovisuels.

Vous désirez lire la suite ?
1€ le 1er mois
(sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct