Meurtres néonazis en Allemagne: fin d’un procès, pas de la polémique

Beate Zschäpe (à gauche) a été condamnée à la perpétuité.
Beate Zschäpe (à gauche) a été condamnée à la perpétuité. - Reporters

A l’annonce du verdict, Gamze Kubasik est restée impassible. Depuis cinq ans, elle assiste au procès de Beate Zschäpe, seule survivante de la cellule néonazie qui a assassiné son père Mehmet, le 4 avril 2006. Avec ses deux complices, qui se sont suicidés en 2011, Zschäpe est également responsable de la mort de huit autres hommes d’origine turque et grecque et d’une policière dans l’exercice de ses fonctions. Mercredi 11 juillet, à l’issue d’un procès fleuve de 435 jours et l’audition de plus de 600 témoins, plaignants et informateurs, l’accusée a été condamnée à la réclusion à perpétuité pour assassinats, braquages et actes de terrorisme. En raison « de la particulière gravité de sa faute », elle ne pourra pas demander une libération conditionnelle après quinze ans de prison. Quatre personnes ont également écopé de peines allant de deux ans et demi à dix ans d’emprisonnement pour avoir fourni une aide logistique au groupuscule.

Vous désirez lire la suite ?
1€ le 1er mois
(sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct