Guillermo Guiz chronique le Mondial: «Restez habillés les gars!»

Guillermo Guiz chronique le Mondial: «Restez habillés les gars!»

Envie de chialer. Pas hier. Là, maintenant. Ça ne passe pas, la boule au bide. Dans le bar où j’écris, les gens ont l’air normaux. Du regard, je cherche des regards. Des yeux qui me diraient : « Putain, toi aussi ? La rage non ? Viens on se révolte, on mange des oignons ou un truc. » Mais rien. Comme si ça n’avait plus d’importance, déjà. En l’état, j’ai l’impression de m’être fait larguer par une fille hier soir, alors que j’avais une bague en poche et des mariachis sous contrat. « Mon amour, mon tout, j’ai quelque chose de très important à te dire… » « Moi aussi, j’ai couché avec ton oncle. » « Ah, voilà… » Même genre de sensation.

Illusions

Quand on est quitté, on cherche des signes, du réconfort. On se raccroche à tout. Elle a couché avec mon oncle, certes, ça n’a rien d’une bonne nouvelle, incontestablement, elle aurait pu faire ça ailleurs que dans ma Lada Samara, si on veut, MAIS c’était peut-être pour m’envoyer un signal, pour me faire passer un message. Du match d’hier, je cherche encore un signal, je guette, je me raccroche, je m’illusionne.

Je me dis que l’arbitre est peut-être juste un garçon gentil mais lent, qu’il vient à peine de comprendre qui était Keyzer Söze dans Usual Suspect et qu’il va le siffler aujourd’hui, ce coup-franc – restez habillés les gars !

Je me dis que la France peut encore tomber d’ici dimanche, ça arrive aussi, pour dopage (Kante mange au moins 19 fruits et légumes par jour), corruption (le match s’est joué à Saint-Pétersbourg, en plein air, sur gazon… COMME PAR HASARD) ou usurpation d’identité (l’Italie des années 80 vient de porter plainte) – restez habillés les gars !

Je me dis que cet Eden-là mérite trop d’aller en grande finale pour n’aller qu’en petite finale, que la Fifa va légiférer pour lui, quitte à ce que dimanche, on fasse une grande finale à trois équipes : France-Belgique-Angleterre, ça aurait de la gueule, quoi qu’en disent les éternels adversaires du foot à 11 contre 11 contre 11. Changer les règles de ce sport d’ici dimanche, c’est cinq minutes de courage politique.

Envie de chialer

Je me dis que si Dieu a aimé voir jouer cette France-là en demi, soit il préfère le squash (ce qu’affirment d’ailleurs depuis toujours les adeptes du squashisme), soit il est très surestimé.. Interrogé sur la question, la divinité aurait répondu : « Oui, J’aime les blocs bas. En particulier Paul bloc bas. » Décevant : Dieu aime les jeux de mots. Mais pas les petits pays dégoutants. Et la France. La France a déjà tout, elle a Vianney, là elle va choper une nouvelle Coupe du monde. Tu vas rater une très grosse fête ici, Dieu, tant pis pour Toi.

Envie de chialer. Platt en 90, et maintenant ça. A l’instant, je reçois un message de mon pote Daniel Camus, ancien pro : « Longtemps que je me suis plus senti aussi mal. Putaine de vie ! » On a regardé le match ensemble, puis on a tchoulé ensemble. « On se met une murge, pour oublier ? » On n’a même pas eu la force. Et sans vouloir entrer dans les détails de notre vie éthylique, il nous en faut beaucoup pour ne pas avoir force : le foot, pour nous, c’est un vrai truc, ça nous tord vraiment les tripes, à l’année, depuis toujours. Penses-y, toi qui regardes ce sport tous les quatre ans en criant « attaque, attaque ! » à des joueurs dont tu ne connais pas le nom : ta joie est chouette, légitime, mais quand tu m’envoies un petit message moqueur, même gentiment moqueur, tu ne sais pas que là, je souffre, réellement. Comme avec les filles.

Cet article réservé aux abonnés
est en accès libre sur Le Soir+
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct

     

    Cet article réservé aux abonnés est exceptionnellement en accès libre

    Abonnez-vous maintenant et accédez à l'ensemble des contenus numériques du Soir : les articles exclusifs, les dossiers, les archives, le journal numérique...

    1€ pour 1 mois
    J'en profite
    Je suis abonné et
    je dispose d'un compte
    Je me connecte
    1€ Accès au Soir+
    pendant 24h
    Je me l'offre
    Je suis abonné et
    je souhaite bénéficier du Soir+
    Je m'inscris
    Aussi en Coupe du monde