Sur l’avortement, le CDH et le PS sont irréconciliables

© Dominique Duchesnes - Le Soir
© Dominique Duchesnes - Le Soir

La commission de la Justice de la Chambre a approuvé ce mardi en première lecture la sortie du code pénal de l’interruption volontaire de grossesse. Mais les sanctions demeurent, pour les femmes et les médecins qui ne respecteraient pas les conditions, telles que le délai de 12 semaines et une réflexion de six jours. À la Chambre, le débat a été particulièrement vif entre partisans d’une large dépénalisation et défenseurs du maintien des conditions et sanctions actuelles.

Pour y voir plus clair dans les arguments des uns et des autres, nous avons réuni Karine Lalieux, députée PS qui porte une proposition de dépénalisation large, et Catherine Fonck, cheffe de groupe CDH qui a soutenu le texte de la majorité, maintenant les sanctions pénales. Après un tour d’observation où chacune a livré ses premiers arguments, les échanges se sont faits nettement plus vifs. Dans des directions diamétralement opposées…

Vous désirez lire la suite de cet article ?
1€ pour 1 mois (sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct