l’édito

Dépénalisation de l’avortement: une supercherie

© EPA-EFE.
© EPA-EFE.

Il y a quelques jours, nous avions salué l’initiative gouvernementale qui visait, après des mois de paralysie, à proposer un texte dépénalisant l’avortement. L’intention était formidable et nous louions le fait que, désormais, l’avortement ne serait plus jugé comme un délit. Le minimum syndical était réalisé, écrivions-nous, étant donné que les conditions liées à cette pratique n’étaient pas modifiées, mais toute avancée, même limitée, devait être jugée positivement.

Vous désirez lire la suite de cet article ?
1€ pour 1 mois (sans engagement)
J'en profite
A la une
Tous

En direct

Le direct