Il y aura les Diables de 2018, puis les autres

© Belga
© Belga

En refermant très tôt dans la soirée ce samedi les portes de leur Airbus A330 en attente sur l’aéroport de Saint-Pétersbourg, les Diables quitteront le sol russe en ayant la fierté de ne pas avoir commis de faute de goût. Cette petite finale remportée face à l’Angleterre sans la moindre discussion ne les consolera évidemment jamais du scénario de la demie de mardi contre la France. Mais le professionnalisme avec lequel ils ont abordé leur 7e et dernier rendez-vous du tournoi ne fait que les honorer un peu plus après un parcours qui a forcé l’admiration des foules, en Belgique et ailleurs.

Devant un public très bariolé (les 32 maillots des participants au Mondial étaient largement représentés dans des tribunes) et dans une ambiance loin des tensions et de la crispation de la phase à élimination directe, le déficit d’implication entre les deux onze s’est très vite remarqué.

Vous désirez lire la suite de cet article ?
1€ pour 1 mois (sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct

    Aussi en Diables rouges