Choisir l’exil, pour fuir un environnement qui se dégrade

En 2017, près de deux personnes déplacées sur trois l’ont été  pour des raisons liées  à une catastrophe naturelle. L’Afrique subsaharienne  est particulièrement touchée.
En 2017, près de deux personnes déplacées sur trois l’ont été pour des raisons liées à une catastrophe naturelle. L’Afrique subsaharienne est particulièrement touchée. - AFP

Un vendredi pré-caniculaire, à Bruxelles : le palais d’Egmont se remplit de gens bien habillés. Hauts fonctionnaires européens, consultants privés, attachés militaires, représentants de l’Otan, de la Banque mondiale, de l’organisation internationale pour les migrations, du Haut-Commissariat aux Réfugiés (HCR)… Le programme distribué aux experts et politiques est explicite : « Climat, paix et sécurité ». Les menaces sécuritaires liées au changement climatique « doivent être davantage intégrées dans les politiques européennes par les responsables du plus haut niveau et élevées au même rang que les thématiques “traditionnelles” de sécurité que sont le terrorisme et les menaces nucléaires », a plaidé un rapport publié la veille de la réunion par «Climate and Security», un think tank indépendant au nom explicite.

Vous désirez lire la suite ?
1€ le 1er mois
(sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct