De Tiepolo à Richter, l’Europe en dialogue La richesse des fondations

<span>De Tiepolo à Richter, l’Europe en dialogue</span> La richesse des fondations

A l’occasion de l’année européenne du patrimoine culturel et sous l’aile de la Fondation Roi Baudouin en Belgique, quatorze institutions ont trié sur le volet des œuvres de leurs collections pour cette exposition au Cinquantenaire qui raconte l’Europe de l’art, c’est-à-dire les échanges incessants entre les artistes dès le XIVe siècle.

Il n’y a pas d’autre fil rouge à cette exposition, forcément éclectique, que la propension de chaque artiste et de ses œuvres à circuler hors frontières, à s’imprégner des idées nouvelles et des modes. Et celle des collectionneurs, personnages de prestige d’abord puis simples bourgeois, à les acquérir selon des réseaux aussi rapides qu’efficaces. Si bien que, oui, à force d’échanges, d’influences, de diffusion notamment par les gravures, les copies, les dessins, et grâce au fait que les artistes travaillaient souvent loin de chez eux, on peut parler d’une Europe de l’art bien avant l’Europe.

Vous désirez lire la suite ?
7,5€/mois pendant 6 mois
(sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct