lesoirimmo

«L’homme qui tua Don Quichotte» de Terry Gilliam: un grand film malade

«L’homme qui tua Don Quichotte» de Terry Gilliam: un grand film malade

L’homme qui tua Don Quichotte (Terry Gilliam)

Le chef-d’œuvre espéré n’est pas totalement au rendez-vous. Il s’agit d’un grand film malade. Un film où la patte baroque du cinéaste s’amuse parfois génialement, souvent de façon aberrante, du rêve et de la réalité, des aspirations et des désillusions dans un joyeux foutraque. On est face à un film halluciné qui voyage entre aujourd’hui et une époque chevaleresque. Une sorte de film testamentaire, chant du cygne traversé de fulgurances poético-baroques magnifiques mais qui nous perd dans des symboliques. Reste le sentiment d’avoir assisté à un truc de foire complètement fou et grotesque, dynamité de l’intérieur.

Vous désirez lire la suite ?
1€ le 1er mois
(sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct