Bruxelles dit «oui» à la 5G, mais le plus dur est à faire

Pour permettre l’arrivée de la 5G au sein de la capitale, le gouvernement bruxellois s’est engagé  à assouplir la norme en matière d’émissions d’ondes d’ici la fin de l’année.
Pour permettre l’arrivée de la 5G au sein de la capitale, le gouvernement bruxellois s’est engagé à assouplir la norme en matière d’émissions d’ondes d’ici la fin de l’année. - Pierre-Yves Thienpont

Vite fait, bien fait. Juste avant de goûter aux plaisirs des vacances, le gouvernement bruxellois annonçait vendredi dernier qu’il venait de déboucher sur un protocole d’accord avec les 3 opérateurs mobiles souhaitant établir un réseau 5G dans la capitale, et ce d’ici 2020. Il faut dire que la pression commençait à monter pour l’exécutif régional, tant du côté des opérateurs (Proximus a déjà entamé des tests à Haasrode, près de Louvain, faute d’avoir pu trouver un espace d’expérimentation à Bruxelles) que de la concurrence politique, alors que Pierre-Yves Jeholet (MR), ministre wallon de l’Économie, faisait récemment savoir qu’il verrait bien une ville wallonne devenir pionnière belge en la matière.

Vous désirez lire la suite de cet article ?
1€ pour 1 mois (sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct