Les tribunaux polonais sous haute surveillance

Les opposants à la mainmise du pouvoir sur la justice s’étaient donné rendez-vous devant le bâtiment du Sénat, mercredi à Varsovie.
Les opposants à la mainmise du pouvoir sur la justice s’étaient donné rendez-vous devant le bâtiment du Sénat, mercredi à Varsovie. - EPA, EFE.

Depuis Varsovie,

La bataille qui oppose depuis bientôt trois ans les institutions européennes à Varsovie pour la sauvegarde de l’État de droit et de l’indépendance des tribunaux en Pologne se déroule sur de multiples fronts. Le plus décisif, à savoir la procédure de l’article 7, permettrait en théorie de déclencher de lourdes sanctions politiques à l’encontre du gouvernement polonais, mais la pusillanimité de nombreux États membres l’a quasiment gelé.

Début juillet, la Commission européenne s’était aussi décidée, avec retard, à saisir la Cour de justice de l’UE (CJUE) pour empêcher que la Cour suprême polonaise ne tombe entre les mains du parti ultraconservateur Droit et justice (PiS), mais celui-ci vient de voter une loi pour accélérer la nomination des nouveaux juges et placer l’UE devant un énième fait accompli.

Vous désirez lire la suite ?
1€ le 1er mois
(sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct