Cowboy Junkies All that reckoning

<span>Cowboy Junkies</span> All that reckoning

En 1988, les Canadiens de Cowboy Junkies (ce nom !) sortaient un deuxième album monumental, The Trinity Sessions, enregistré dans l’église de la Sainte-Trinité à Toronto. Folk sépulcral, country gothique, reprises de traditionnels americana, du Velvet Underground ou de Hank Williams, la fratrie Timmins, sans même le savoir, suivait à pas feutrés le chien fou Nick Cave et annonçait ce qu’on appellerait l’alternative folk et l’alternative country, ouvrant la voie pour les Will Oldham, Mazzy Star, Sixteen Horsepower, Mark Lanegan, Lambchop ou Timbre Timber. Un album essentiel d’un groupe qu’on a trop vite fait d’oublier.

Vous désirez lire la suite de cet article ?
1€ pour 1 mois (sans engagement)
J'en profite
A la une
Tous

En direct

Le direct