Etats-Unis: un jeu qui reste trouble avec la Russie

Mike Pompeo (à g.) et John Bolton entourent Donald Trump après le sommet de l’Otan à Bruxelles, le 12 juillet dernier
: un duo explosif et quasi exclusif qui murmure à l’oreille du président sur les questions internationales.
Mike Pompeo (à g.) et John Bolton entourent Donald Trump après le sommet de l’Otan à Bruxelles, le 12 juillet dernier : un duo explosif et quasi exclusif qui murmure à l’oreille du président sur les questions internationales. - Reuters.

Depuis New York,

C’est à peine croyable : il n’y a pas eu de réunion du Conseil national de Sécurité de la Maison Blanche pour préparer la rencontre du 16 juillet entre Donald Trump et Vladimir Poutine. Il n’y en a pas eu non plus au retour d’Helsinki où les présidents américains ont passé deux heures en tête-à-tête – avec leurs traducteurs respectifs.

Et ce n’est que vendredi dernier que cet organe majeur de la Maison Blanche a discuté, pour la première fois en présence du président, des risques d’ingérence dans les prochaines élections – et donc de l’attitude à adopter envers Moscou.

Vous désirez lire la suite de cet article ?
1€ pour 1 mois (sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct