Le pacte énergétique est à la traîne

La ministre Marie-Christine Marghem assure que le calendrier sera tenu.
La ministre Marie-Christine Marghem assure que le calendrier sera tenu. - Belga.

L’ambition est aussi vieille que la suédoise. « La Belgique a besoin d’un pacte énergétique interfédéral pour permettre les transformations socio-économiques et environnementales qui sont nécessaires sur une période de 20 à 25 ans au moins », pouvait-on déjà lire dans l’accord de gouvernement d’octobre 2014. En somme, il faut donner au pays les moyens de s’assurer une transition énergétique. Et de se passer du nucléaire entre 2022 et 2025.

Encore un peu de patience. Il a fallu attendre le 30 mars de cette année pour mettre en place un agenda.

Du coup, le dossier est brûlant. Il faut régler cinq points du pacte énergétique urgemment.

Problème : quatre mois plus tard, on progresse, certes. Mais pas assez vite pour tenir cette volonté inscrite dans l’accord de gouvernement.

Vous désirez lire la suite de cet article ?
1€ pour 1 mois (sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct