Robert Redford, l’heure de lui faire ses adieux

Robert Redford, en janvier 2018.
Robert Redford, en janvier 2018. - EPA

C’est le vieux lion de la savane hollywoodienne. Un de ces grands fauves, habité par une force tranquille, tels que le cinéma américain en raffolait au siècle passé.

Que les sympathisants de la star se rassurent : non, le lion n’est pas mort ce soir, et ce papier n’est point un faire-part. Redford a juste annoncé, ce lundi dans la presse américaine, qu’il se retirait de la jungle des grands studios. Qu’il ne jouerait plus, c’est fini, soixante ans de films c’est déjà pas mal. Ça force le respect. Et ça remet un peu de lumière sur une star qui, depuis son règne insolent (années 70 et 80), a vu le soleil progressivement grandir sur la silhouette de Clint Eastwood.

Vous désirez lire la suite ?
7,5€/mois pendant 6 mois
(sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct