Histoire d’assises de 1851: le Roi refusa sa grâce au comte Visart de Bocarmé

Le comte Visart de Bocarmé fit ingérer de force la noictine mortelle à son beau-frère.
Le comte Visart de Bocarmé fit ingérer de force la noictine mortelle à son beau-frère. - DR

Le jeune comte Hippolyte Visart de Bocarmé, 30 ans, n’avait de noblesse que ce titre que les hasards de l’histoire lui avaient conféré. Les paysans de Bury, où se trouvait le château de Bitremont, flanqué de son pont-levis moyenâgeux, l’appelaient volontiers le « sot-comte » ou le « fin-fou » tant le travail de la terre auquel il se livrait heurtait les bonnes pratiques agricoles. L’excentrique plantait ses pommes de terre à cinq pieds sous terre. Il semait en août. Ce drôle faisait peindre ses voitures en blanc pour faciliter la réfraction des rayons solaires, singularisant ainsi dans la campagne le passage de ses équipages. Le petit peuple le regardait avec défiance. Dans l’antre de Bitremont, on supputait la commission de plusieurs crimes dans ce mystérieux « Salon abandonné » auquel aurait mené « l’escalier des Revenants » protégé par une épaisse porte à cinq serrures pour en préserver les secrets.

Vous désirez lire la suite ?
7,5€/mois pendant 6 mois
(sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct