Sanctionner la banalisation du terme «nazi»? Un expert soulève trois questions

Marc Preumont, avocat et professeur de droit à l’ULB.
Marc Preumont, avocat et professeur de droit à l’ULB. - Belga.

Condamner pénalement des propos visant à disqualifier un adversaire entre le traitant de « nazi » ou en comparant sa politique migratoire avec la déportation et le génocide commis par le régime national-socialiste allemand : voilà la dernière idée du bouillonnant Georges-Louis Bouchez. Mais cette idée tient-elle la route juridiquement ? Nous avons interrogé Marc Preumont, avocat pénaliste et professeur de droit à l’ULB.

Et il soulève trois questions.

Vous désirez lire la suite de cet article ?
1€ pour 1 mois (sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct