Autour de Vestager, un lobbying de l’ombre

Margrethe Vestager, la Commissaire européenne à la Concurrence, avait infligé en juillet une amende record de 4,34 milliards d’euros à Google pour abus de position dominante avec son système d’exploitation Android.
Margrethe Vestager, la Commissaire européenne à la Concurrence, avait infligé en juillet une amende record de 4,34 milliards d’euros à Google pour abus de position dominante avec son système d’exploitation Android. - REUTERS.

Dans les tensions commerciales qui animent les relations transatlantiques, la politique de concurrence menée par la Commission européenne (et personnifiée par la Danoise Margrethe Vestager) joue souvent le rôle d’allumette.

«  Il est très important de ne pas politiser la mise en œuvre des outils de la concurrence  », avait rétorqué, il y a quelques semaines, cette dernière au président américain Donald Trump. Après l’amende de quatre milliards imposée par la Commission à Google pour abus de position dominante avec son système d’exploitation Android, le président américain avait estimé sur Twitter que l’Europe avait «  profité des États-Unis, mais plus pour longtemps  ». «  Votre Tax Lady, elle nous déteste  », avait-il aussi dit au président de la Commission, Jean-Claude Juncker.

Vous désirez lire la suite ?
7,5€/mois pendant 6 mois
(sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct