RD Congo: l’opposition se positionne et exprime ses doutes

Le retour avorté de Moïse Katumbi, il y a dix jours, à la frontière zambienne
: sa participation au scrutin est de plus en plus compromise.
Le retour avorté de Moïse Katumbi, il y a dix jours, à la frontière zambienne : sa participation au scrutin est de plus en plus compromise. - Twitter.

Après la présentation d’Emmanuel Ramazani Shadari, le dauphin de Joseph Kabila, l’opposition congolaise s’est positionnée elle aussi. Six des candidats à l’élection présidentielle, considérés comme des « poids lourds » ont fait une déclaration commune, qui préfigure peut-être la désignation d’un candidat commun de l’opposition, qui dans ce cas, pourrait avoir des chances de l’emporter dans un scrutin à un tour. Les candidats, dont Vital Kamerhe, leader de l’UNC (Union pour la nation congolaise), Félix Tshisekedi (UDPS) et Martin Fayulu (ECIDE) ont appelé à une candidature unique et exigé le retour au pays de Moïse Katumbi Chapwe, l’ancien gouverneur du Katanga qui, voici dix jours, s’était vu interdire l’entrée au Congo via le poste de Kasumbalesa, sur la frontière entre la Zambie et le Katanga.

Vous désirez lire la suite de cet article ?
1€ pour 1 mois (sans engagement)
J'en profite
A la une
Tous

En direct

Le direct