Une personne âgée portée disparue tous les deux jours

© PhotoNews
© PhotoNews

Chaque jour, la cellule des personnes disparues de la Police fédérale enregistre en moyenne quatre à cinq dossiers de disparitions inquiétantes. Plus de 10 % de ceux-ci concernent des personnes âgées. Ces dernières, souvent atteintes d’Alzheimer ou de maladies neurodégénératives, perdent la notion du temps et de l’espace, et décident de partir de leur lieu d’habitation pour des raisons diverses. La majorité des maisons de retraite belges ont conclu des protocoles avec les polices locales pour retrouver le plus vite possible les fugueurs. Grâce à cette collaboration, ces disparitions trouvent souvent une issue heureuse mais ce n’est pas toujours le cas. Pour éviter les issues tragiques, il convient aussi de travailler en amont, avant que l’incident puisse avoir lieu.

Certaines institutions ont choisi le bracelet électronique pour les personnes à risque. Une solution que d’autres établissements spécialisés refusent, la jugeant trop stygmatisante.

Vous désirez lire la suite de cet article ?
1€ pour 1 mois (sans engagement)
J'en profite
A la une
Tous

En direct

Le direct