«Gentleman Kofi», apôtre de la paix rattrapé par le chaos du monde

Kofi Annan à Paris, en décembre dernier, à l’issue d’une réunion du groupe des personnalités internationales qu’il avait rejoint en 2007
: une vie entière au service de la diplomatie et des Nations unies.
Kofi Annan à Paris, en décembre dernier, à l’issue d’une réunion du groupe des personnalités internationales qu’il avait rejoint en 2007 : une vie entière au service de la diplomatie et des Nations unies. - EPA.

Kofi Annan n’était déjà plus secrétaire-général de l’ONU en février 2012, mais il avait accepté d’endosser une dernière responsabilité, pour alléger le fardeau de son successeur Ban Ki moon : mener une mission de bons offices en Syrie. L’aventure fut de courte durée, la mission impossible. Face à l’escalade de la violence, redoutant que la poignée d’observateurs onusiens déployés sur le terrain soit prise pour cible, le Ghanéen Prix Nobel de la Paix 2001 avait rapidement jeté l’éponge, déplorant les dissensions entre grandes puissances. «  J’ai perdu mes troupes sur le chemin de Damas  », avait-il lâché, mâchoire serrée. La paix hors d’atteinte, les armes allaient continuer à parler, pour longtemps.

Vous désirez lire la suite de cet article ?
1€ pour 1 mois (sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct